Votre navigateur ne supporte pas JavaScript et vous n'avez pas accès à toutes les fonctionnalités du site.
Veuillez vérifier que JavaScript est bien activé sur votre navigateur.

16F à Echirolles-Eybens

Echirolles-Eybens 37 - 24 ACSAV

Avec une équipe encore très remaniée, à 10 avec 2 M15 (Alyssia, Ilona) + 1 gardienne de 2006 (Emma) et Soumaya convalescente (blessure à la main), les absences de Marie (avec M15), Lucie (entorse cheville), Juliette (voyage scolaire), la tâche allait être ardue.
Ce fut vraiment le cas, car Echirolles profitait d'aligner ses M18CF (pas de match ce week-end) pour gagner absolument ce match d'une importance capitale !!!

D'entrée, la différence se fait sentir, beaucoup de fébrilité et de ballons trop rapidement perdus. La base arrière et pivot adverse trop athlétiques font mal, nos gardiennes, surtout notre jeune 2006, sont bombardées.
Pourtant le score n'est que de 12-10 à la 19ème minute, on limite la casse. Mais voyant que le score est trop serré, la "grosse" équipe est alignée et nos vertes fatiguées encaissent un 8-1 en 6 minutes. Le début de la seconde période est un calvaire, trop de précipitation, personne ne gère le ballon, le score enfle. On remplace notre GB Emma complètement dépassée, Soumaya ne peut guère plus contre les tirs et contre-attaques puissantes.
Malgré tout, les vertes continuent à jouer (peut-être trop ?), cela permet de continuer à marquer de beaux buts. On se console comme on peut, le nombre de buts marqués étant bien au dessus de notre moyenne habituelle ! Notre objectif de meilleure défense du championnat en prend un coup.
Le score final est cruel, mais toutes les petites fautes en attaque (passes réceptions notamment) nous font voir combien de marches restent à gravir pour performer. Même si c'est la catégorie au-dessus...
On attend également que certaines se "jettent" un peu plus sur les ballons (déjà vu sur précédents matchs), et profitent du temps de jeu plus conséquent pour s'endurcir et aller de l'avant.

Négatif : trop de précipitation, s'être mis dans le rouge dès la première période. Manque de métier encore une fois.
Positif : n'avoir pas baissé les bras. De belles actions le dernier quart d'heure.

Jean-Louis Pevedic